PRÉSENTATION DE L’AEETÉE

L’Association des enseignantes et des enseignants en Techniques d’éducation à l’enfance (AEETÉE) existe depuis 1994. Elle a été créée dans la foulée de la disparition des coordinations provinciales qui regroupaient des représentants de chacun des collèges offrant un même programme collégial.

L’AEETÉE est un organisme à but non lucratif qui a pour objectif de créer un lieu d’échanges pédagogique et politique entre les enseignantes et les enseignants des différents collèges offrant la formation en Techniques d’éducation à l’enfance. Elle a également le mandat de développer des partenariats étroits avec les différents intervenants de la société qui militent et agissent pour le développement harmonieux des services éducatifs à l’enfance. L’Association représente donc le point de vue de ses membres auprès des instances gouvernementales et diverses associations qui gravitent autour du monde de l’enfance au Québec. À ce titre, les représentants bénévoles de l’AEETÉE ont collaboré, depuis plus de 20 ans à la plupart des comités mis sur pied par le Ministère de la Famille et des aînés et le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

En tant qu’enseignants, la qualité des services éducatifs offerts aux enfants de 0-12 ans est au cœur de nos préoccupations. De plus, nous avons une connaissance très poussée des milieux de garde, qu’on parle des CPE, des garderies privées, des services de garde en milieu familial ou des services de garde en milieu scolaire. Notre expertise s’appuie sur une culture de collaboration de longue date avec les différents intervenants du milieu.

Nous avons à cœur la reconnaissance et la promotion de la profession d’éducatrice et d’éducateur à l’enfance et l’une des priorités d’action de l’Association consiste à militer pour que TOUT le personnel éducateur de TOUS les services éducatifs du Québec soit un jour formé, détenteur d’un DEC en TÉE.

Selon nous, le réseau des services éducatifs pour les enfants de 0-12 ans constitue un investissement collectif, éducatif et social qu’il faut développer avec le souci de la qualité des services, celui de l’accessibilité et de la continuité de l’expérience éducative des jeunes enfants du préscolaire et du primaire.

Se donner les moyens de préserver un réseau de qualité pour tous les enfants du Québec et leur famille, tel est l’objectif qui nous tient le plus à cœur.

Adresse postale de l’AEETÉE : AEETÉE, Cégep St-Jérôme, 455 rue Fournier, Casier : 170, Saint-Jérôme (Québec) J7Z 4V2

Adresse courriel de l’AEETÉE : info@aeetee.ca

 

Trésorerie - AEETÉE - Cégep de Saint-Jérôme
CASIER 170
455 rue Fournier,
Saint-Jérôme,
Québec
J7Z 4V2

Note de l'AEETÉE: La précarisation de l'emploi est en marche depuis plusieurs années et les décisions politiques récentes n'augurent rien de bon de ce côté. Les quelques tableaux choisis démontrent que le travail précaire devient la norme depuis plusieurs années en insécurisant largement tout en réclamant davantage pour moins. Plusieurs nouveaux enseignantes et enseignants vivent actuellement cette réalité. Les attaques en règle contre "les gras durs" du système public ont fini par convaincre que la précarisation est la meilleure réponse en termes d'organisation du travail. Bien sûr, les tenants de cette théorie oublient de préciser que, généralement, la seule grâce de ce type de conditions de travail profite uniquement aux plus riches et à ceux et celles qui possèdent. Mettez le complément qui vous convient.

Forte de son mouvement syndical, la fonction publique avait réussi à offrir des conditions de travail et de retraite décentes à ses membres au prix de chaudes luttes et de grande mobilisation. Va-t-on assister à une démission collective face à la propagande des magnats de la presse et des radios poubelles, entre autres? À quand un discours collectif mobilisateur réunissant toutes les personnes aux prises avec le dogmatisme ambiant : "Tout au privé"? En constatant les attaques contre les CPE, donc contre le personnel qualifié qui y travaille, particulièrement les femmes, nous déplorons le glissement vers le privé et la précarisation accrue des emplois.

Nous avons choisi quelques extraits illustrant notre propos. Il va de soi qu'il faut lire les articles au complet pour bien situer le contexte dans lequel ces extraits s'inscrivent. Notre courte recherche vous permettra d'approfondir ce phénomène et, nous l'espérons, convaincre les lecteurs et leurs proches, du bien-fondé des mouvements collectifs de sauvegarde des acquis sociaux dont la nécessité d'un emploi stable.

Nous vous invitons également à visionner le document vidéo sur la précarité étudiante. Étudier ou ... manger... se soigner ? Équation difficile à résoudre et pourtant plusieurs de nos étudiantes et étudiants vivent cette réalité.

Note de l'AEETÉE: Au printemps, la chaleur s'annonce, va et vient mais une constante demeure soit l'obligation de rédiger notre rapport d'impôt.

 

Une justice sociale redistributive s'appuie sur une cotisation juste et équilibrée de tous les membres de cette société. Pleinement d'accord avec le principe, nous y souscrivons d'emblée surtout lorsqu'il s'agit de choix sociétaux importants pour toutes et tous. Bien sûr, nous pensons au système de services de garde québécois entre autres, système mis à mal par des choix gouvernementaux favorisant le privé au détriment du public.

 

Les articles du Devoir que nous reproduisons ici traduisent bien le climat prévalant lorsqu'il s'agit de justice fiscale. Nous y avons ajouté quelques liens.