L'éducation à l'enfance, encore notre priorité!
Note de l'AEETÉE: Comme vous le savez, notre vingt-troisième colloque annuel s'est tenu au collège Montmorency les 5 et 6 juin 2017. Plus de 95 personnes y ont participé.  M. André Lebon était notre conférencier invité lors de l'ouverture.

 

La réussite éducative dès la petite enfance … D'abord un enjeu de qualification. André Lebon, président de la Commission sur la petite enfance

{tab=M. André Lebon}

Source: Institut du nouveau monde.

Andre Lebon carre web 150x150 7890ePsychoéducateur de formation, André Lebon a œuvré pendant 15 ans au Centre de réadaptation Boscoville, où il a occupé différentes fonctions, dont celles de gestionnaire de projet et de directeur du développement et du personnel. Depuis 1986, il a réalisé plus d’une cinquantaine de mandats à titre de consultant pour des ministères et des organismes œuvrant dans le milieu de la santé et des services sociaux et, plus particulièrement, dans les secteurs des services à l’enfance, des services en santé mentale et des services en milieu autochtone. Récemment, il a été mandaté par la ministre Lucie Charlebois pour analyser la situation des fugues au Centre jeunesse de Laval. Son rapport fera l’objet d’un plan d’action et entraînera des modifications à la loi de la Protection de la Jeunesse.

Dans le domaine de la petite enfance, il a dirigé le Centre de psychoéducation du Québec. C’est entre autres sous sa direction qu’ont été conçus les programmes d’habiletés sociales {tip title="Fluppy" content="Voir l'onglet"}Fluppy {/tip}et {tip title="Brindami" content="Voir l'onglet"} Brindami.{/tip}, largement diffusés en services de garde et à la maternelle. Il a, par la suite, collaboré à la mise sur pied du Centre d’excellence pour le développement des jeunes enfants. De 2003 à 2006, il a été directeur du développement petite enfance à la Fondation Lucie et André Chagnon, avec qui il poursuit une collaboration à titre de consultant en petite enfance. Son plus récent mandat a été de présider l’incubation du projet d’Observatoire des tout-petits, lancé en avril 2016.

Son approche se caractérise par une évaluation en profondeur des situations et par l’application de recommandations menant à des résultats tangibles. Communicateur d’expérience et meneur naturel, il sait consulter, synthétiser, informer, concilier et mobiliser les parties prenantes, selon les circonstances. Il privilégie une mise à contribution des acteurs impliqués et une démarche constructive qui suscite leur mobilisation pour l’amélioration des situations à corriger.

André Lebon détient un baccalauréat ainsi qu’une maîtrise en psychoéducation de l’Université de Montréal.

{tab=Président de la Commission}

Vous trouverez en pièces jointes, le rapport complet et sommaire suite aux travaux de la Commission sur l'éducation à la petite enfance, commission présidée par M. André Lebon, notre conférencier d'ouverture de notre colloque.

Nous écrivions en décembre dernier : "Plusieurs recherches sérieuses en sont venues à la conclusion que l’investissement en éducation devrait se faire dès la naissance d’un enfant et qu’il est « rentable », d’un point de vue économique, de s’engager sur cette voie.  Une société éduquée est une société en santé, économiquement plus stable voire plus prospère, socialement et culturellement innovante notamment au niveau du mieux-être collectif." Pour connaître la position de l'AEETÉE, relisez l'article en cliquant ici.

{tab-ConfOuverture Les centres jeunesse - Juin 2016}

André Lebon lance un cri d'alarme: "Les Centres jeunesse sont en crise!".  Juin 2016

Source: La Presse Plus.

Les centres jeunesse vivent actuellement une telle crise que des états généraux sur la réadaptation des jeunes en difficulté s’imposent, estime André Lebon, un expert qui a conseillé à peu près tous les ministres de la Santé sur la question des centres jeunesse depuis plus de 20 ans.

« On serait mûrs pour des états généraux sur les centres jeunesse. Il faut redonner ses lettres de noblesse à la profession d’éducateur », dit-il. Son dernier mandat – examiner la crise des fugues à Laval – lui inspire un constat brutal et sans appel. Dans les centres jeunesse, « la réadaptation a perdu son sens ».

Pour continuer la lecture, cliquez ici....

{tab=Fluppy}

Source: CPEQ - Centre de psycho-éducation du Québec

Le programme Fluppy au préscolaire est destiné aux enfants de la maternelle et vise la prévention de la violence et du décrochage. Il combine des interventions universelles et ciblées qui sont implantées en milieu scolaire auprès des élèves et des enseignantes et en milieu familial auprès des parents. Issu d’une étude dirigée par le professeur Richard E. Tremblay (GRIP-Université de Montréal) en cours depuis plus de trente ans au Québec, le programme combine des interventions universelles, s’adressant à tous les enfants d’une classe (Volet Enfant), et ciblées (Volet Enseignant et Volet Intervention familiale), visant à soutenir des enfants plus à risque.

La composante universelle par le biais du volet enfant vise la promotion des habiletés sociales, de résolution de problème, de gestion des émotions et de contrôle de soi. L’animation de ce volet est prise en charge par l’enseignante et s’effectue par le biais de marionnettes : Fluppy et ses 11 amis. Les histoires présentées aux enfants sollicitent leur participation active afin de trouver des solutions aux problèmes que vivent les marionnettes. La composante ciblée, quant à elle, est mise en place auprès des élèves qui présentent un niveau élevé de comportements perturbateurs. Elle prévoit un soutien à l’enseignante en classe quant à la gestion des comportements perturbateurs (volet enseignant).

La composante ciblée comprend aussi l’intervention familiale permettant aux parents des enfants identifiés comme ayant un niveau élevé de comportements perturbateurs de recevoir la visite à domicile d’une professionnelle du réseau de la santé et des services sociaux soutenant également l’enfant et son enseignante en classe. Lors des visites qu’elle effectue, la professionnelle discute avec les parents des difficultés qu’ils rencontrent avec leur enfant et des moyens à privilégier pour surmonter ces difficultés. Cette intervenante tente également de favoriser le lien entre l’école et la maison en informant, dans la mesure du possible, l’enseignante de ce qui est fait à la maison, et le parent de ce qui est fait à l’école. Tous ensembles, ils élaborent un plan d’intervention pouvant favoriser une meilleure intégration de l’enfant dans la classe.

Le programme a été créé en 1990 et est non seulement largement diffusé au Québec mais est aussi connu dans plusieurs pays. Un processus d’évaluation débuté en 2003 permet de bonifier en continue le programme Fluppy.

{tab= Brindami}

Source: CPEQ - Centre de psycho-éducation du Québec

Le programme Brindami est un programme de promotion des comportements sociaux s’adressant aux enfants de 0 à 5 ans. Il vise le développement d’habiletés sociales de base, de communication et d’expression des émotions, d’autocontrôle et de résolution de problème.

Il propose aux éducatrices en milieu de garde seize ateliers destinés à tous les enfants de leur groupe. Ces ateliers permettront aux enfants de connaître et de pratiquer de nouvelles habiletés. Suite aux ateliers et au fil des jours, éducatrices et parents aideront les enfants à intégrer progressivement ces nouveaux acquis.

Brindami est implanté au Québec depuis 1997. Plus de quinze ans plus tard, c’est plus de 80 000 enfants qui ont bénéficié des visites de la joyeuse et énergique petite souris. Les bienfaits de ce programme ont déjà été établis par une évaluation d’implantation effectuée par le milieu universitaire entre 2008 et 2010. Une évaluation d’impact est actuellement en cours en milieu défavorisé.

Le Centre de Psycho-Éducation du Québec offre trois formations distinctes en lien avec le programme Brindami : la formation de base, la mise à niveau et la formation pour les petits.

{/tabs}