PRÉSENTATION DE L’AEETÉE

L’Association des enseignantes et des enseignants en Techniques d’éducation à l’enfance (AEETÉE) existe depuis 1994. Elle a été créée dans la foulée de la disparition des coordinations provinciales qui regroupaient des représentants de chacun des collèges offrant un même programme collégial.

L’AEETÉE est un organisme à but non lucratif qui a pour objectif de créer un lieu d’échanges pédagogique et politique entre les enseignantes et les enseignants des différents collèges offrant la formation en Techniques d’éducation à l’enfance. Elle a également le mandat de développer des partenariats étroits avec les différents intervenants de la société qui militent et agissent pour le développement harmonieux des services éducatifs à l’enfance. L’Association représente donc le point de vue de ses membres auprès des instances gouvernementales et diverses associations qui gravitent autour du monde de l’enfance au Québec. À ce titre, les représentants bénévoles de l’AEETÉE ont collaboré, depuis plus de 20 ans à la plupart des comités mis sur pied par le Ministère de la Famille et des aînés et le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

En tant qu’enseignants, la qualité des services éducatifs offerts aux enfants de 0-12 ans est au cœur de nos préoccupations. De plus, nous avons une connaissance très poussée des milieux de garde, qu’on parle des CPE, des garderies privées, des services de garde en milieu familial ou des services de garde en milieu scolaire. Notre expertise s’appuie sur une culture de collaboration de longue date avec les différents intervenants du milieu.

Nous avons à cœur la reconnaissance et la promotion de la profession d’éducatrice et d’éducateur à l’enfance et l’une des priorités d’action de l’Association consiste à militer pour que TOUT le personnel éducateur de TOUS les services éducatifs du Québec soit un jour formé, détenteur d’un DEC en TÉE.

Selon nous, le réseau des services éducatifs pour les enfants de 0-12 ans constitue un investissement collectif, éducatif et social qu’il faut développer avec le souci de la qualité des services, celui de l’accessibilité et de la continuité de l’expérience éducative des jeunes enfants du préscolaire et du primaire.

Se donner les moyens de préserver un réseau de qualité pour tous les enfants du Québec et leur famille, tel est l’objectif qui nous tient le plus à cœur.

Adresse postale de l’AEETÉE : AEETÉE, Cégep St-Jérôme, 455 rue Fournier, Casier : 170, Saint-Jérôme (Québec) J7Z 4V2

Adresse courriel de l’AEETÉE : info@aeetee.ca

 

AQCPE- Dossier des maternelles 4 ans

Opinion émise par une membre de l'AEETÉE: L'AQCPE a préparé un dossier solide sur la question des maternelles 4 ans et une meilleure planification est maintenant nécessaire. Pour rendre les services accessibles aux enfants vivant en milieu défavorisé, le MFA devrait peut-être revoir sa réglementation et sa politique de financement. Il y aurait également lieu de reconsidérer l'action parallèle menée par le ministère de la santé et des services sociaux en ce qui concerne les jardins d'enfants en milieu communautaire. Sans compter les initiatives du MELS pour les enfants d'âge présccolaire: maternelle 4 ans et programme Passe-partout. Autant d'initiatives nullement coordonnées par le gouvernement qui les finance. Communiqué de presse, dossier en pdf à télécharger, vous avez là des outils pour promouvoir le rôle primordial des CPE auprès des enfants de 4 ans. 

26 mars 2013: Nouveau lien inscrit dans l'article.

Afin d'alimenter votre réflexion, voici un lien utile de Mme Bazzo.

Note de l'AEETÉE: Voici un nouveau communiqué de presse émis le 14 mars par l'AQCPE. Bonne lecture et surtout bonne réflexion!

Intégralité du communiqué de presse du 14 mars 2013 de l'AQCPE:

Dossier des maternelles 4 ans – L’Association québécoise des CPE est déçue de l’empressement du gouvernement d’instaurer la maternelle à 4 ans

Montréal, 14 mars 2013 – L’Association québécoise des CPE (AQCPE) déplore la précipitation de Marie Malavoy, la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport à déposer aujourd’hui un projet de loi sur l’instauration de la maternelle plein temps pour les enfants de 4 ans dans les milieux défavorisés. L’AQCPE réitère que ce genre de mesure ne peut être instauré sans faire l’objet au préalable d’une analyse rigoureuse et d’une consultation publique auprès de tous les acteurs de la petite enfance.

« Il est inquiétant d’entendre madame Malavoy dire qu’ils vont tester cette avenue « pour voir si cela fonctionne », alors que ce sont de jeunes enfants qui sont visés, qui plus est, les enfants les plus vulnérables de notre société. En précipitant ce programme, le gouvernement risque d’implanter un service qui ne répond pas aux besoins des enfants et des familles. C’est de l’avenir de ces enfants dont nous parlons » a déclaré Hélène Gosselin, présidente de l’AQCPE.

« Nous avons entendu les ministres Malavoy et Léger parler de « travail en amont », la moindre des choses serait qu’elles fassent de même avec ce projet et étudient toutes les avenues possibles avant de se lancer comme on le voit aujourd’hui. Les comités de travail annoncés par Madame Malavoy doivent avoir le temps de faire des recommandations» a continué Louis Senécal, directeur général de l’AQCPE.

Les CPE sont spécialisés en petite enfance En créant le réseau des CPE, le gouvernement du Parti Québécois a fait le choix de doter le Québec d’un réseau dédié à la petite enfance. La croissance magistrale de ce réseau témoigne de son succès. Mais maintenant que l’expertise y est solidement ancrée et reconnue, que les professionnelles du réseau accueillent quotidiennement plus de 180 000 enfants, voilà que le gouvernement souhaiterait développer à partir de rien la même expertise dans un environnement peu adapté aux besoins des tout-petits. L’AQCPE est plutôt d’avis que d’investir des ressources et des efforts dans une initiative qui comporte des risques pour le développement des enfants, le gouvernement devrait mettre à profit la richesse et l’expertise du réseau des CPE et cibler encore mieux les populations les plus vulnérables.

L’AQCPE réitère donc que le gouvernement ne peut faire l’économie d’une consultation scientifique et objective sur cette question. « Nous invitons Madame Malavoy et Madame Léger à faire avant tout une analyse exhaustive à partir de laquelle sera prise la meilleure décision pour les enfants de 4 ans », a conclu madame Gosselin.


Ajout du 5 mars: Article du Soleil - La maternelle 4 ans, un complément aux CPE!

Source des documents et des images: Site de l'AQCPE

Source:  Communiqué de presse de l'AQCPE du 22 février 2013 (Version intégrale ici)

Dossier des maternelles 4 ans - La ministre Léger entend l'appel de l'AQCPE

L'AQCPE estime que la maternelle 4 ans n'est pas la voie à suivre

MONTRÉAL, le 22 févr. 2013 /CNW Telbec/ - Suite à sa rencontre avec la ministre de la Famille, Nicole Léger, l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) se dit très satisfaite que son appel à la consultation ait été entendu par le gouvernement dans le dossier des maternelles 4 ans. Lors de cette rencontre, madame Léger a écouté avec attention la position de l'AQCPE, qui est d'avis que l'implantation des maternelles 4 ans est précipitée et que le réseau des centres de la petite enfance (en installation et en milieu familial) est mieux adapté aux besoins de tous les enfants de 4 ans.

« Nous sommes heureux que la ministre Léger ait accepté de nous rencontrer. La rencontre de ce matin nous a permis de lui présenter un avis étoffé et appuyé par des études des spécialistes de la petite enfance les plus crédibles. C'est avec attention qu'elle a écouté le point de vue de l'AQCPE, qui rappelons-le, représente plus de 750 CPE et regroupements de CPE » a mentionné Hélène Gosselin, présidente de l'AQCPE.

L'analyse doit précéder l'opérationnalisation

Selon l'AQCPE, en procédant avec des échéanciers très courts, sans d'abord faire une analyse rigoureuse de la question, le gouvernement risque d'implanter un service ne répondant pas aux besoins des enfants et des familles. Cette précipitation apparente est d'autant moins justifiée qu'elle vise directement une clientèle encore plus vulnérable aux conséquences néfastes de mesures n'ayant pas fait l'objet préalable d'analyse scientifique et objective.

Les CPE sont spécialisés en petite enfance

En créant le réseau des CPE, le gouvernement du Parti Québécois a fait le choix de doter le Québec d'un réseau spécialisé en petite enfance. La croissance magistrale de ce réseau témoigne de son succès. Mais maintenant que l'expertise y est solidement ancrée et reconnue, que les professionnelles du réseau accueillent quotidiennement plus de 180 000 enfants, voilà que le gouvernement souhaiterait développer à partir de rien la même expertise dans un environnement peu adapté aux besoins des tout-petits. L'AQCPE est plutôt d'avis que d'investir des ressources et des efforts dans une scolarisation précoce qui comporte des risques pour le développement des enfants, le gouvernement devrait mettre à profit la richesse et l'expertise du réseau des CPE et cibler encore mieux les populations les plus vulnérables.

La scolarisation précoce comporte des risques

Des études internationales ont aussi démontré que la scolarisation précoce risque de créer un stress indu et de tuer le plaisir d'apprendre. De plus, l'enquête du programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) dit qu'il est faux de prétendre que la scolarisation précoce favorise le succès scolaire : «Si on compare le succès des jeunes de 15 ans dans des matières comme la lecture et les mathématiques, les jeunes Français, pourtant scolarisés dès l'âge de 3 ans, se classent 22 eet 25 eau monde alors que les jeunes Québécois les devancent au 7 eet 5 erang!» a expliqué Hélène Gosselin.

Les CPE mieux adaptés pour les enfants de milieux défavorisés

Pour l'instant, le gouvernement affirme que le développement de maternelles 4 ans ne sera dédié qu'aux enfants issus de milieux défavorisés. L'AQCPE est d'avis que ce choix est mal avisé et que déjà, des CPE sont à pied d'œuvre au Québec pour répondre adéquatement aux besoins spécifiques de ces enfants et ce, bien avant l'âge de 4 ans. « Concrètement, les CPE qui œuvrent dans les milieux défavorisés travaillent sur deux tableaux à la fois : ils aident les enfants à acquérir des habiletés sociales tout en les aidant à rattraper leur retard dans le développement langagier et moteur. Il ne s'agit donc pas ici de développement intellectuel comme à l'école, mais de s'assurer que ces enfants soient en mesure de vivre harmonieusement en société, qu'ils soient prêts pour leur entrée à l'école. Il en est de même pour leurs parents. En CPE, des professionnelles les soutiennent dans leur rôle parental. La maternelle ne permet pas cette démarche globale et personnalisée » témoigne Louise Valiquette, directrice générale du CPE L'Arche des petits, qui accueille des familles et enfants situés en milieux défavorisés.

Les CPE accueillent les parents

« Contrairement à l'école, le CPE accueille les familles et une relation étroite se tisse au quotidien entre l'éducatrice, l'enfant et ses parents. Dans la réalité particulière des milieux défavorisés, c'est d'autant plus important et pertinent d'accueillir les parents et de les inclure, pour favoriser le développement global de l'enfant. Avec des ratios d'une enseignante pour 18 enfants au sein d'une institution scolaire, l'enseignante cumulant 7,5% de sa formation en petite enfance ne peut rivaliser avec l'éducatrice totalement formée en petite enfance et qui ne partage son temps qu'entre 10 enfants et leurs familles» a continué Claudette Pitre-Robin, vice-présidente de l'AQCPE.

L'AQCPE est donc d'avis que le gouvernement ne peut faire l'économie d'une consultation sur cette question. « Avec cette rencontre d'aujourd'hui, le dialogue est maintenant amorcé et nous espérons que l'avis que nous avons présenté à Mme Léger sera le point de départ d'une analyse exhaustive à partir de laquelle sera prise la meilleure décision pour les enfants de 4 ans » a conclu madame Gosselin.

L'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) est un réseau d'entreprises d'économie sociale représentant les intérêts de la très grande majorité des centres de la petite enfance et bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial, partout au Québec. Forte d'un tel membership, l'AQCPE est ainsi la seule association nationale pleinement représentative des parents-administrateurs de CPE, CPE-BC et BC de toutes les régions du Québec.

L'AQCPE est reconnue auprès de ses nombreux partenaires comme un acteur de premier plan en petite enfance et sa mission est d'exercer un leadership national sur l'ensemble des enjeux liés aux services éducatifs et de garde à l'enfance.

SOURCE : ASSOCIATION QUEBECOISE DES CENTRES DE LA PETITE ENFANCE

Renseignements :

Viriya Thach
Directrice des communications
Association québécoise des CPE (AQCPE)

Tél. : 514 326-8008, poste 204
Tél. (sans frais) : 1 888 326-8008
Cell : 514 770-8155
Téléc. : 514 326-3322
Courriel :  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.aqcpe.com
www.twitter.com/aqcpe
www.facebook.com/aqcpe